Greetings faculty:

 

You have likely received a new update from the CEC, in which they “agree” to arbitration.  While the faculty bargaining team will look carefully at their offer tonight and tomorrow, we should caution you that their offer is not what it appears to be on the surface, and clarify that the CEC is not agreeing to a proposal made by the faculty Bargaining Team.  

 

Specifically, the CEC is proposing “final offer selection”--a process by which means an arbitrator would be forced to choose one offer or the other in its entirety. This is different from the more common practice of “interest arbitration” (which the faculty team had explicitly offered at the bargaining table), where arbitrators select which parts of each offer they believe are the most appropriate.

 

We also note that your bargaining team received this proposal only minutes before it was distributed publicly through College e-mail and the CEC website.  We regret that the CEC is choosing to bargain in public in this way, and we feel that it is not conducive to a productive bargaining relationship.  

 

You have also recently received communication from the College Employer Council (CEC) regarding their revised (not final) offer, which was sent by email to the faculty team at 4:40pm on Tuesday, November 23. In both this communication and today’s, the CEC has proposed no further bargaining dates.

 

Attached, you will find a presentation that includes a comparison of the two offers -- including the areas where they agree -- as well as a clear infographic about what’s happening now, and what you can do to help.

 

To be clear:

  • The faculty team has offered to go to voluntary binding interest arbitration to avoid labour disruption.  Despite the impression they tried to present in their latest announcement, the CEC team still has not agreed to this.

 

  • The CEC’s current offer does not address faculty needs with regard to workload, partial-load issues, contracting out faculty work, use of faculty materials, online learning, equity, Indigeneity, Decolonization and TRC, and the counsellor class definition.  Our current offer contains reasonable, lawful, and low- and no-cost proposals which the CEC refuses to bargain.

 

  • The CEC has posted their latest offer and response publicly, and circulated it to faculty directly without first discussing it at the bargaining table.

 

The faculty team has reached out to the conciliator to invite the CEC team back to the table, to determine whether the CEC team is prepared to continue bargaining or to agree to binding interest arbitration.

 

Below are some quick answers to common questions faculty have raised about a strike mandate:

 

Does a successful strike vote mean there will be a full strike?

Despite the CEC’s assertions, the simple answer is no. 

A strong strike mandate indicates to the employer that faculty are serious about their demands, and about their willingness to take action to support them.  

The faculty team has planned an escalating campaign of labour and other actions to build pressure on the employer, and to be able to respond to attempts by the CEC to impose terms and conditions.

 

Will we be on strike over the holiday break?

No.

 

When will the team call a strike?

The faculty team will not call a strike over the holiday break.  In fact, the faculty team has planned an escalating work-to-rule and labour action campaign to build pressure on the employer and avoid a strike.

 

What would a strike look like now? 

It's not about walking around (mostly empty) buildings with signs: it's about recognizing that our collective power comes from the work that we do.  Withholding that work (in various forms) is what will force the employer to recognize its value.

 

Questions you should ask your College President and the CEC team:

  1. Why won’t the CEC team agree to voluntary binding interest arbitration to settle outstanding issues and avoid labour disruption? As a college president, will you tell the CEC team to either bargain faculty’s key demands or agree to send outstanding issues to binding interest arbitration? 

 

  1. If the CEC’s offer is fair and reasonable and represents the best they can do this round, why won’t they call a final offer vote?  

    • This is something only the CEC team can do, and the results would tell them exactly what faculty think of their offer.

 

  1. Why won’t the CEC team tell faculty whether or not they plan to impose terms and conditions and what those terms will be?

 

Again, we encourage you to read the attached presentation and infographic, to better understand the current bargaining situation, and to get a clear sense of each side’s offer.  We look forward to communicating more shortly, once we have had an opportunity to carefully consider the CEC’s latest proposal, as we are similarly reviewing their latest proposed Offer of Settlement.

 

Your Faculty Bargaining Team,

JP, Jonathan, Katie, Michelle, Ravi, Rebecca, and Shawn

________________________________________________________________________________________

 

Salutations au corps enseignant :

 

Vous avez probablement reçu une nouvelle mise à jour de la CEC, dans laquelle elle " accepte " l'arbitrage.  Alors que l'équipe de négociation du corps professoral examinera attentivement leur offre ce soir et demain, nous devons vous avertir que leur offre n'est pas ce qu'elle semble être à première vue, et préciser que la CEC n'accepte pas une proposition faite par l'équipe de négociation du corps professoral.  

 

Plus précisément, la CEC propose la " sélection de l'offre finale " - un processus par lequel un arbitre serait forcé de choisir une offre ou l'autre dans son intégralité. Cela diffère de la pratique plus courante de " l'arbitrage d'intérêt " (que l'équipe professorale avait explicitement proposé à la table de négociation), où les arbitres choisissent les parties de chaque offre qu'ils estiment les plus appropriées.

 

Nous notons également que votre équipe de négociation a reçu cette proposition quelques minutes seulement avant qu'elle ne soit distribuée publiquement par le biais du courrier électronique du Collège et du site Web du CEC.  Nous sommes déçus que le CEC choisisse de négocier publiquement de cette façon, et nous estimons que cela n'est pas propice à une relation de négociation productive.  

 

Vous avez également reçu récemment une communication du College Employer Council (CEC) concernant son offre révisée (non définitive), qui a été envoyée par courriel à l'équipe professorale à 16 h 40 le mardi 23 novembre. Dans cette communication et dans celle d'aujourd'hui, le CEC n'a proposé aucune autre date de négociation.

 

Vous trouverez ci-joint une présentation qui comprend une comparaison des deux offres - y compris les points sur lesquels elles s'accordent - ainsi qu'une infographie claire sur ce qui se passe maintenant, et ce que vous pouvez faire pour aider.

 

Pour être clair :

  • L'équipe de la faculté a proposé d'aller à un arbitrage d'intérêt volontaire et contraignant pour éviter une interruption de travail.  Malgré l'impression qu'ils ont essayé de donner dans leur dernière annonce, l'équipe du CEC n'a toujours pas accepté.

 

  • L'offre actuelle du CEC ne répond pas aux besoins du corps professoral en ce qui concerne la charge de travail, les questions de charge partielle, la sous-traitance du travail du corps professoral, l'utilisation du matériel du corps professoral, l'apprentissage en ligne, l'équité, l'indigénéité, la décolonisation et la CVR, et la définition de la classe des conseillers.  Notre offre actuelle contient des propositions raisonnables, légales et à faible coût, voire sans coût, que le CEC refuse de négocier.

 

  • Le CEC a affiché publiquement sa dernière offre et sa réponse, et l'a fait circuler directement auprès du corps professoral sans en discuter au préalable à la table de négociation.

 

L'équipe de négociation du corps professoral a contacté le conciliateur pour inviter l'équipe de la CEC à revenir à la table, afin de déterminer si l'équipe de la CEC est prête à poursuivre les négociations ou à accepter un arbitrage d'intérêt contraignant.

 

Vous trouverez ci-dessous quelques réponses rapides aux questions courantes que les enseignants ont soulevées au sujet d'un mandat de grève :

 

Un vote de grève réussi signifie-t-il qu'il y aura une grève totale ?

Malgré les affirmations de la CEC, la réponse simple est non.

 

Un mandat de grève fort indique à l'employeur que le corps professoral prend ses revendications au sérieux et qu'il est prêt à prendre des mesures pour les appuyer.  

 

L'équipe professorale a planifié une campagne de travail et d'autres actions de plus en plus importantes afin d'exercer une pression sur l'employeur et de pouvoir répondre aux tentatives de la CEC d'imposer des conditions.

 

Serons-nous en grève pendant les vacances ?

Non.

 

Quand l'équipe appellera-t-elle à la grève ?

L'équipe professorale ne déclenchera pas de grève pendant les vacances.  En fait, l'équipe de la faculté a planifié une campagne de grève-du-zèle et d'action syndicale de plus en plus intense pour faire pression sur l'employeur et éviter une grève.

 

À quoi ressemblerait une grève aujourd'hui ?

Il ne s'agit pas de se promener dans des bâtiments (généralement vides) avec des pancartes : il s'agit de reconnaître que notre pouvoir collectif provient du travail que nous faisons.  C'est en retenant ce travail (sous diverses formes) que nous forcerons l'employeur à reconnaître sa valeur.

 

Des questions que vous devriez poser au président de votre collège et à l'équipe de la CEC :

  1. Pourquoi l'équipe du CEC n'accepte-t-elle pas l'arbitrage volontaire d'intérêt obligatoire pour régler les questions en suspens et éviter l'interruption de travail ? En tant que président du collège, allez-vous dire à l'équipe de la CEC de négocier les principales demandes du corps professoral ou d'accepter de soumettre les questions en suspens à l'arbitrage obligatoire ?

 

  1. Si l'offre de la CEC est juste et raisonnable et qu'elle représente ce qu'elle peut faire de mieux pour cette ronde, pourquoi ne demande-t-elle pas un vote sur l'offre finale ?  

    1. C'est quelque chose que seule l'équipe de la CEC peut faire, et les résultats leur indiqueraient exactement ce que les facultés pensent de leur offre.

 

  1. Pourquoi l'équipe de la CEC ne dit-elle pas aux professeurs si elle prévoit ou non imposer des conditions et quelles seront ces conditions ?

 

Encore une fois, nous vous encourageons à lire la présentation et l'infographie ci-jointes, afin de mieux comprendre la situation actuelle des négociations et de vous faire une idée claire de l'offre de chaque partie.  Nous nous réjouissons de communiquer davantage sous peu, une fois que nous aurons eu l'occasion d'examiner attentivement la dernière proposition de la CEC, car nous examinons également leur dernière proposition de règlement. 

 

Votre équipe de négociation,

JP, Jonathan, Katie, Michelle, Ravi, Rebecca, et Shawn.