Employer Team Rejects Voluntary Arbitration, Abandons Negotiations

Dear CAAT-A Members,

Today, your faculty bargaining team returned to the bargaining table, to resume negotiations with the assistance of a Conciliation Officer appointed by the Ministry of Labour. It was the first day that we have met with the College Employer Council (CEC) bargaining team in a week, despite our offer for additional days earlier this week.

We commenced the day by providing a new Offer of Settlement that features an attempt to move closer to agreement and which ensures that faculty’s needs are addressed in concrete terms now in the key areas of Workload, Partial-Load, Equity and Indigeneity, and Protections of Faculty Instructional Materials.

Since our latest offer incorporates additional language proposed by the CEC team in their last offer, we believe that the two sides’ are close on some areas. Indeed, even three of the CEC’s recent publications claim that “CEC and CAAT-A proposals are very similar”.

Noting how close the two sides are, and noting that there is very little room for the faculty team to compromise further, we made a formal offer to the CEC, to have both teams agree to voluntary binding arbitration to avoid escalation leading to labour disruption.

Unfortunately, we regret to inform you that our efforts to find common ground and achieve a settlement through negotiations or a mutually-agreed process were unsuccessful.  Specifically:

  • The CEC team rejected our latest Offer of Settlement;

  • The CEC team rejected our offer to refer all outstanding issues to voluntary binding arbitration;

  • The CEC team requested that the Conciliator file a “no board” report, which is a legally-required step towards labour disruption, including lockout, strike, or Imposed Terms & Conditions of Employment.

While the CEC’s conduct is regrettable, it is nevertheless typical of their behaviour throughout the bargaining process, which has been marked by tactics that escalate towards labour conflict. These tactics include requesting conciliation—a first necessary step on the legal path to labour disruption—and filing legal complaints in the middle of the bargaining process.

The CEC team’s request for the Conciliator to file a “no board report” is dismaying, as it indicates that the CEC team is unwilling to counter the faculty team’s compromises with compromises of its own. We note that the CEC team’s current Offer of Settlement fails to meet our members’ needs and our students’ needs in its current form, since;

  • It fails to include any necessary increase in time attributed for evaluating student writing or projects

  • It fails to include any necessary increase in time attributed for teaching classes with an online component

  • It fails to provide necessary transparency for the Partial-Load faculty

  • It creates new limits on which Partial-Load faculty are eligible for inclusion in the Partial-Load Registry

  • It proposes three committee structures to address issues including workload; Equity, Diversity, and Inclusion; and Indigenization, Decolonization, and Truth & Reconciliation, but the lack of adequate dispute mechanisms in these structures means that the CEC will be able to effectively “veto” any effective change that might otherwise come out of them

  • It proposes language that would permit greater contracting-out of Counsellors’ work.

  • It prevents Union Locals from filing staffing grievances to create new full-time positions and replace retirees, for the next three years.

Since the CEC team has effectively turned its back on negotiations, and the faculty team has used every tool we can to avoid escalation, it is now up to all of us to stand together for our priorities. To demonstrate faculty power at  the table, the team needs you to show your support-- to show this Employer that faculty need change now and that faculty are willing to stand up for ourselves, for each other, and for our students.  

The faculty team’s current Offer of Settlement includes concrete proposals to address the immediate needs of faculty and students related to online course delivery, additional time to evaluate student work, along with no-cost improvements to better the working conditions of partial-load faculty. These are balanced with other proposals for effective structures to address longer term needs in the areas of Workload (including Partial-Load workload); Equity, Diversity, and Inclusion; and Indigeneity, Decolonization, and Truth & Reconciliation.

We believe that management’s current offer is designed to ensure that necessary change does not occur now or in the next three years. The faculty team’s offer is designed to ensure that necessary change begins now, and grows through the life of our next Collective Agreement.

Now that the CEC team has walked away from negotiations and rejected the faculty team’s offer for voluntary binding arbitration, they have left faculty with literally no choice than to organize in favour of the faculty offer. We ask that you prepare for this by ensuring that your Union Local can reach you at a non-College email address and phone number, and that you participate in upcoming solidarity actions, digital pickets, and local events.  We will be in touch very soon with next steps.

Together we are strong; together we can demand that the Employer agree to reasonable improvements needed by faculty and students.

In solidarity,

Your CAAT-A Bargaining Team

JP, Jonathan, Katie, Michelle, Ravi, Rebecca, and Shawn

 

_______________________________________________________

 

Mise à jour de l'équipe de négociation : 18 novembre 2021

L'équipe patronale rejette l'arbitrage volontaire et abandonne les négociations

Chers membres de l'ACAT-A,

Aujourd'hui, l'équipe de négociation représentant le personnel scolaire est retournée à la table de négociation, pour reprendre les négociations avec l'aide d'un conciliateur nommé par le ministère du Travail. C'était la première fois que nous rencontrions l'équipe de négociation du College Employer Council (CEC) en une semaine, malgré notre offre de journées supplémentaires plus tôt cette semaine.

Nous avons commencé la journée en présentant une nouvelle offre de règlement qui tente de se rapprocher d'une entente et qui fait en sorte que les besoins du corps professoral soient abordés en termes concrets dès maintenant dans les domaines clés de la charge de travail, de la charge partielle, de l'équité et de l'indigénéité, et de la protection du matériel didactique du corps professoral.

Puisque notre dernière offre incorpore des termes supplémentaires proposés par l'équipe de la CEC dans sa dernière offre, nous pensons que les deux parties sont proches sur certains points. En effet, même trois des récentes publications de la CEC affirment que "les propositions de la CEC et de l'ACAT-A sont très similaires".

Constatant à quel point les deux parties sont proches, et notant qu'il y a très peu de marge de manœuvre pour que l'équipe professorale fasse des compromis supplémentaires, nous avons fait une offre formelle à la CEC, afin que les deux équipes acceptent un arbitrage volontaire contraignant pour éviter une escalade menant à une interruption de travail.

Malheureusement, nous avons le regret de vous informer que nos efforts pour trouver un terrain d'entente et parvenir à un règlement par le biais de négociations ou d'un processus convenu mutuellement n'ont pas abouti.  Plus précisément :

L'équipe du CEC a rejeté notre dernière offre de règlement ;

L'équipe de la CEC a rejeté notre offre de soumettre toutes les questions en suspens à un arbitrage volontaire contraignant ;

L'équipe de la CEC a demandé au conciliateur de déposer un rapport de " non-conseil ", ce qui est une étape requise par la loi en vue d'une interruption de travail, y compris un lock-out, une grève ou des conditions d'emploi imposées.

Bien que la conduite de la CEC soit regrettable, elle est néanmoins typique de son comportement tout au long du processus de négociation, qui a été marqué par des tactiques d'escalade vers le conflit de travail. Ces tactiques comprennent la demande de conciliation - une première étape nécessaire sur le chemin légal de l'interruption de travail - et le dépôt de plaintes juridiques au milieu du processus de négociation.

La demande de l'équipe CEC pour que le conciliateur dépose un " rapport de non-conseil " est consternante, car elle indique que l'équipe CEC n'est pas disposée à contrer les compromis de l'équipe professorale avec ses propres compromis. Nous notons que l'offre de règlement actuelle de l'équipe CEC ne répond pas aux besoins de nos membres et de nos étudiants dans sa forme actuelle, puisque ;

Elle n'inclut pas l'augmentation nécessaire du temps alloué à l'évaluation des écrits ou des projets des étudiants.

Elle n'inclut pas l'augmentation nécessaire du temps attribué à l'enseignement des classes ayant une composante en ligne.

Elle n'offre pas la transparence nécessaire au corps enseignant à charge partielle.

Il crée de nouvelles limites quant aux professeurs à charge partielle qui peuvent être inclus dans le registre des charges partielles.

Il propose trois structures de comité pour traiter des questions relatives à la charge de travail, à l'équité, à la diversité et à l'inclusion, ainsi qu'à l'indigénisation, à la décolonisation, à la vérité et à la réconciliation, mais l'absence de mécanismes de règlement des différends dans ces structures signifie que la CEC sera en mesure d'opposer son veto à tout changement efficace qui pourrait en découler.

Il propose un langage qui permettrait une plus grande sous-traitance du travail des conseillers.

Il empêche les sections syndicales de déposer des griefs de dotation pour créer de nouveaux postes à temps plein et remplacer les retraités, et ce pour les trois prochaines années.

Puisque l'équipe de la CEC a effectivement tourné le dos aux négociations, et que l'équipe du corps professoral a utilisé tous les outils possibles pour éviter l'escalade, il nous appartient maintenant de défendre ensemble nos priorités. Pour démontrer le pouvoir du corps professoral à la table, l'équipe a besoin de votre soutien - pour montrer à l'employeur que le corps professoral a besoin de changement maintenant et qu'il est prêt à défendre ses intérêts, ceux des autres et ceux de ses étudiants.  

L'offre de règlement actuelle de l'équipe professorale comprend des propositions concrètes visant à répondre aux besoins immédiats du corps professoral et des étudiants en ce qui concerne la prestation de cours en ligne, le temps supplémentaire pour évaluer le travail des étudiants, ainsi que des améliorations sans frais pour améliorer les conditions de travail des professeurs à charge partielle. Ces propositions sont équilibrées avec d'autres propositions de structures efficaces pour répondre aux besoins à plus long terme dans les domaines de la charge de travail (y compris la charge partielle) ; de l'équité, de la diversité et de l'inclusion ; et de l'indigénat, de la décolonisation, de la vérité et de la réconciliation.

Nous pensons que l'offre actuelle de la direction est conçue pour garantir que les changements nécessaires ne se produisent pas maintenant ou au cours des trois prochaines années. L'offre de l'équipe professorale vise à faire en sorte que les changements nécessaires commencent maintenant et se poursuivent pendant toute la durée de la prochaine convention collective.

Maintenant que l'équipe de la CEC s'est retirée des négociations et qu'elle a rejeté l'offre d'arbitrage volontaire et exécutoire de l'équipe professorale, elle n'a laissé au corps professoral aucun autre choix que de s'organiser en faveur de l'offre de la faculté. Nous vous demandons de vous préparer à cette situation en vous assurant que votre section locale peut vous joindre à une adresse électronique et à un numéro de téléphone qui ne sont pas ceux du collège, et que vous participez aux actions de solidarité, aux piquets numériques et aux événements locaux à venir.  Nous vous contacterons très bientôt pour vous informer des prochaines étapes.

Ensemble, nous sommes forts ; ensemble, nous pouvons exiger que l'employeur accepte les améliorations raisonnables dont ont besoin les professeurs et les étudiants.

En toute solidarité,

Votre équipe de négociation de l'ACTA-A

JP, Jonathan, Katie, Michelle, Ravi, Rebecca et Shawn.